Bannière fermeture mars 2019

Bannière fermeture mars 2019
Bannière fermeture mars 2019

mercredi 17 octobre 2018

Agenda des ouvertures du musée 2019


FERMETURE DU MUSÉE LE 4  MARS EN VUE DU MONTAGE DE L'EXPOSITION TEMPORAIRE PRINTEMPS/ÉTÉ 2019 - RÉOUVERTURE DE L'EXPOSITION TEMPORAIRE LE 1ER AVRIL.

Renseignements: 081 24 87 20
ou 
museeartsdecoratifs@ville.namur.be 


dimanche 31 décembre 2017

Rétrospective des activités du musée en 2017

En images et en musique, la récapitulation des multiples activités qui ont animé le Pôle muséal des Bateliers Namur et son Musée des Arts décoratifs tout au long de 2017! 
Merci à tous nos visiteurs!



samedi 15 avril 2017

Bienvenue sur le blog du Musée des Arts décoratifs de Namur

Cette page reprend ci-dessous une description et des photographies du Musée des Arts décoratifs de Namur, une des deux institutions muséales des Bateliers Namur.
A droite de l'écran, vous trouverez toutes les pages d'actualité du musée en un simple clic.

Remise en place du grand lustre restauré 
de la rotonde du musée (novembre 2017)



samedi 4 avril 2015

La renaissance du musée

La ville de Namur et son service du Patrimoine ont commencé en 2013 la restauration de l’hôtel de Grœsbeeck-de Croix. À cette occasion, le service de la Culture a entamé une réforme de fond du musée des arts décoratifs, hébergé par l’édifice.

Pour fêter ses 80 ans en 2016, c'est une véritable refonte muséographique que le musée s’apprête à vivre, l’inscrivant ainsi dans notre siècle et ses obligations, en matière de partage des savoirs avec le plus grand nombre notamment. Il s’agit de valoriser la plus riche collection d’arts décoratifs du XVIIIe siècle accessible au public dans notre pays. Le raffinement de sa présentation, qui faisait la réputation de l’institution, sera accentué en gagnant en cohérence et en élégance. Deux axes orienteront la visite : l’évolution des styles et l’art de vivre des grandes familles. L’ouverture de trois nouvelles salles (alcôve religieuse, salon Empire et salon Napoléon III) permettra au public, à travers les Beaux-Arts, le décor et le mobilier de s'imprégner de manière sensorielle et plus vivante des modes des XVIIe au XIXe siècles.

La stratégie, à travers les peintures et cartes des sièges militaires vécus par les Namurois au XVIIe siècle, invitera à la visite du plan en relief et à celle de la citadelle, également gérés par la ville. Si les sciences, la philosophie, la littérature et les voyages illustreront la vivacité intellectuelle du siècle des Lumières, les Beaux-Arts, la musique et les arts décoratifs témoigneront de la créativité tant des artistes namurois qu’étrangers. L’art de la table, l’hygiène, le divertissement, le jeu, l’intimité, la place de la femme contribueront, eux, à saisir la modernité de cette société.

Un mobilier design et actuel permettra aux visiteurs de goûter aux joies du luxe d’antan en s’exerçant à l’art de l’écriture, à la broderie, aux jeux de société anciens et à la lecture. Il facilitera l’intégration en douceur, au gré d’expositions temporaires entre autres, des arts décoratifs des XXe et XXIe siècles. La sculpture cinétique Le Banc, de Johnny White, récemment acquise par la Ville de Namur, prendra par exemple place dans la cour de service, prochainement couverte d'une haute verrière de style actuel.

Un étiquetage trilingue, des multimédias informatiques multilingues, un guide du visiteur, des carnets pédagogiques en ligne et des animations ludiques complèteront l’offre didactique des visites adaptées aux enfants, aux jeunes et aux adultes. Les goûters d’anniversaire si chers aux bambins, qui décernèrent au musée le Prix du musée préféré des enfants en 2010, bénéficieront d’une vaste nouvelle salle pédagogique, modulable en auditorium de 80 places. L’accès au rez-de-chaussée sera adapté aux personnes à mobilité réduite tandis que des outils accompagneront la visite des malentendants ou malvoyants. La prise en charge des personnes mentalement perturbées est une autre piste d'investigation.

Les scientifiques et les restaurateurs ne seront pas oubliés puisqu’une bibliothèque avec catalogue en ligne, une photothèque ainsi qu’une salle de travail leur seront accessibles. Dans le même ordre d'idées, les collaborations avec les institutions d'enseignement et de formation seront accentuées. L’extension des expositions temporaires à la chapelle des Bateliers, contiguë au musée, permettra des événements communs avec le futur Musée archéologique voisin. Une boutique occupera les anciennes écuries, tandis qu'un restaurant sous verrière est en cours de construction à l'emplacement des serres, disparues, de l'édifice. Enfin, l’exploitation du jardin – qui fête ses 75 ans en 2014 – ainsi que de la cour vitrée latérale et des deux courettes intérieures sera l’occasion de confronter tout en harmonie l’art actuel et le design aux arts anciens.

Les collections


Déposées par plusieurs propriétaires, les collections représentent l’ensemble le plus riche et complet des arts décoratifs du XVIIIe siècle accessible au public en Belgique. Elles peuvent être divisées en deux parties: les productions namuroises et les œuvres étrangères. Parmi les premières, on distingue du mobilier, des œuvres décoratives et des objets utilitaires. Le meuble namurois, architectural et majestueux, s’inspire à la fois de la mode française et d’une tradition encore religieuse. Son décor appliqué témoigne de l’évolution des styles, du Baroque jusqu’au Louis XVI. Des meubles précieux français (cabinets, consoles, tables, commodes, fauteuils et chaises) sont conservés dans les salles du rez-de-chaussée.

Parmi les objets luxueux, une importante collection de cafetières, chocolatières, aiguières et autres sucriers, œuvres des plus talentueux orfèvres namurois, témoignent de la diversité des ustensiles domestiques et du raffinement des habitudes de la table. Un bel échantillonnage de l’art de la coutellerie namuroise des XVIIIe et XIXe siècles complète cette panoplie.

De la même époque, le musée conserve d’exquises pièces de cristallerie. Namur fut en effet le centre verrier le plus important du pays, et les noms prestigieux des verreries Zoude et de Vonêche sont internationalement reconnus. Des coupes, plats, carafes, verres, bonbonnières mais aussi une série remarquable de pendules en cristal taillé et bronze doré ainsi que des lustres étincelants, agrémentent les diverses salles de l’hôtel. Signalons également d’heureux témoins des faïenceries d’Andenne et de Saint-Servais, parmi lesquelles des groupes charmants animés d’enfants et de couples galants attribués au célèbre artiste français Jacques Richardot, qui passa quelque temps à Namur en 1786[6].

Des productions d’autres artistes reconnus enrichissent un peu plus encore les collections du musée, tel un bel ensemble de terres cuites et de marbres du sculpteur Laurent Delvaux, attaché au service du gouverneur autrichien Charles de Lorraine, le moulage d'un buste de Vauban par Coysevox, sculpteur officiel de Louis XIV, une grande esquisse du célèbre peintre ornemaniste italien Giambattista Tiepolo, des tableaux de fleurs de Pierre-Joseph Redouté, professeur de dessin de Marie-Antoinette, ainsi qu’un portrait du roi Soleil attribué à Hyacinthe Rigaud.

Un parcours chronologique, dès l’entrée, familiarise les visiteurs aux grands styles des XVIIe et XVIIIe siècles (du Louis XIII au Louis XVI). Deux nouvelles salles étendent les connaissances aux styles Empire et Napoléon III du XIXe siècle. Au départ d’une nouvelle alcôve consacrée à l’art religieux, la visite se poursuit au gré des thèmes représentatifs du XVIIIe siècle : les sciences, la littérature et la philosophie, la musique, la cuisine et l’art de la table, la beauté, la séduction et l’hygiène, les jeux et le divertissement, la vie publique et la vie privée ainsi que l’orientalisme. Le passé de Namur et notamment les tumultueux épisodes militaires subis par la ville au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles sont également illustrés.